• Morceaux de rêves

    Là, ce sont mes textes. Mes poèmes, mes (rares) nouvelles, mes pensées, mes petits bouts de moi.

    S'il te plaît, touche avec tes yeux.

    Ne prends pas ce qui ne t'appartient pas.

     

     

    Les textes qui ne sont pas de moi sont marqués entre guillemets, avec le nom de l'auteur quand je l'ai.
    Les sans-guillemets sont les miens.
     

     

  • à force de se singer dans le plexiglas des bonnes convenances

    c'est pas se trouer les lèvres que l'on va finir

    c'est par se percer et la peau et le coeur et le monde

    (depuis toujours le petit trou sous les intercostaux qui pulse et qui pulse)

     

    sous mes mots toujours la même plainte la même supplique la même prière

    aime-moi aime-moi aime-moi

    ~


    votre commentaire
  •  

    singing songs coming from nowhere, for no-one to be heard, speaking about poems never bound to a specific time nor space, i walk around with the poetry and the sensibility i stole from it deep sewn in my skin, looking at the sky not with blue eyes anymore but with the soul of the words, the song of the tongue.


    votre commentaire
  • à toi l'ami indistinct, aux contours encore enfumés, aux mains de coton, aux sourires à découvrir

    à toi, l'ami presque-flou, aux histoires en attente d'écoute, aux blessures en bas-relief, aux souvenirs en chapelet

    à toi, l'ami-buée, aux épaules douces et chaudes, aux expressions à apprendre, aux gestes presque tendres

    à tes mots posés si loin mais avec tant d'attention

    à tout ce temps que tu donnes aux hommes plutôt qu'aux choses

    à ce rire qui tinte comme un possible, comme un peut-être

    à ce visage sur lequel dansent mille comètes, mille questions, mille absences

     

    à toi, nouvelle âme que je pose près du coeur, je te dédie ce poème


    votre commentaire
  • on raconte que le temps passe vite

    que la poussière qu'il laisse colle longtemps

    aux souvenirs mous

    sans colonne rêveuse

     

    on dit que l'amour fade fane

    mais ses miettes viennent souvent

    gratter dans ma tête les racines du mensonge

    qui remonte aux dés pipés dans les

    montagnes glaciales du joueur-plongeur

    qui a nagé ses mains dans mon torse creux

    pour en extraire toute l'honnêteté

    dont je n'étais pas capable

     

    - j'écris sur mes histoires

    mon fumier à poèmes

    ma cabane aux images floues

    mes réminiscences fantasmées

    chaque jour un peu plus

    chaque jour un peu

    un peu plus

    mon purin à poésie personnelle


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique