• Ton visage sur mon écran.

    On ira s'inventer des montagnes blanches et des allers sans retours.
    On ira creuser dans la terre meuble de nos yeux
    pour y cacher des souvenirs, des hontes,
    et des cap ou pas cap d'enfants amoureux.

    Sur les arrêtes de tes côtes, j'irai déposer mille baisers,
    mille aventures et mille secrets.
    J'irai aussi déplumer la vie,
    pour écrire sous ta peau nos rires et le son de ta voix,
    la douceur de tes mains,
    l'odeur de nos matins.

    Dans le houle de nos draps, je ne sauverai que nos corps,
    je laisserai flotter le reste du monde

    à la dérive.

     

     

     

    Bien loin de nous.

     

     

     

    Le monde ne sera qu'un orage
    tandis que l'on dérivera,
    rescapés ivres d'amour,
    sur les berges de nos lits.

    Le monde ne sera qu'un naufrage
    dont l'empreinte se fera invisible
    sur le sable de nos jours.

    Jours si petits enfin,
    nos jours tout de même.

    « Ironique.H2O »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :