• tu sais parfois je me raconte

    quand je suis allongée dans le lit de mes amours

    il y fait chaud, et lourd, et suave, et l'air y est rare

    et douloureux à respirer

     

    dans le lit de mes amours, quand l'oxygène s'en égare

    je me parle tout bas, à environ trois décibels de l'audible 

    je me chuchote que la vie est belle, et douce, et admirable

    comme si je pouvais le croire

    - tout est plus crédible quand l'aurore n'est encore qu'un songe -

    je me prends par la main pour me raccompagner jusqu'au sommeil

    et sur la route je me berce

    je me murmure que l'existence est possible, faisable, une beauté

    une beauté quelque part

     

    je dresse mes paupières pour ne se fermer qu'une fois l'espoir avalé

    et dans la nuit rugueuse, et âpre, et rêche, et piquante-coupante

    je me rendors 


    votre commentaire
  • je suis allée m'asseoir

    dans cette petite salle chaude

    où les êtres ne se connaissaient pas 

    d'avant

    (on s'est reconnus d'après mais sur le coup comment le savoir?)

     

    de l'écran sont sortis des mots nouveaux

    (ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu de nouveau mots)

    alors en bonne collectionneuse

    je les ai tous attrapés

    avaient-ils un sens

    étaient-ils ordonnés

    fallait-il les comprendre

    je ne le sais pas encore

     

    je sais juste que sous mes paupières

    j'ai dorénavant glissé la peur de ne pas savoir

    et tous ces mots sans sens côte-à-côte

    mes mots de papillon-collectionneuse

    je sais construire des choses qui n'ont pas d'usage

    et c'est là leur unique fonction


    votre commentaire
  • je suis redevenue la fille invisible

    mais tout en transparence

    je n'ai pas éteint mon pavé à images

    je l'ai juste laissé tomber par terre

    et depuis je fais semblant de ne plus savoir lire

     

    mon allemand doux m'a susurré problèmes de communication à l'oreille

    j'ai répondu en dégrafant ma peau pour lui

    montrer les boursouflures piquantes dessous

    tu as vu les oursins sur lesquels je dors?


    votre commentaire