•  

    cette envie de changer mes mots de style comme parfois moi j'ai envie de changer de peau (de chanter mes mots, mes envies cousues au corps) mes mots de toujours qui depuis toujours retournent une fois par semaine une fois par poème parsemer mes textes de relents avariés de parfums d'une poésie fanée-passée

    cette envie de changer de style de changer de vie parce que soudainement les livres m'offrent mille possibles mille imaginaires mille avenirs soudainement les mots sont trampolines, tremplins et barbotine, soudainement ils sont rêves graines de rêves pousses de rêves et ils poussent mes rêves ils poussent si grands qu'ils décalent mes rêves d'antan mes rêves d'enfant

    soudainement mes mille futurs deviennent mille fantasmes et je suis mille fois autre (mille fois nôtre) je suis mille fois vôtre soudainement à l'écoute des corps puisque capable de tant d'amour (le plus dur reste d'être doux avec les plus proches) 

    alors je pardonne à l'épine mes griffures à culpabilité au fond partagée je pardonne au nuage de nager encore en rond dans notre vase amoureuse éculée, je pardonne à la dure-mère ses remarques qui veulent simplement dire tu nous as manqué, et je me pardonne (enfin j'essaye j'essaye) je me pardonne d'essayer et de ne pas réussir (tout, du premier coup, un vieux fantasme)

    je me pardonne d'essayer et me questionne quelle importance je place dans réussir et puis au fond qu'est-ce que ça veut dire réussir qu'est-ce que c'est réussir qu'est-ce que je mets dans réussir et soudainement mes mille futurs deviennent mille questions et j'erre entre mes mille raisons mes mille maisons vivre est difficile vivre est quelque chose de très difficile 

    ~

    Tom Rosenthal - Don't die curious 


    votre commentaire
  • comment te dire

    arrête de me parler avec toute la motivation du monde dans ta voix, comme si j'étais une petite chose frêle qu'il fallait récompenser pour chaque miette de travail

    alors que

    la veille, tu me serrais au creux de tes bras pour éponger mes angoisses mon stress ma panique ma peur de l'échec et toutes ses petites soeurs

    comment te dire

    je n'ai plus l'énergie de communiquer même te sourire me fatigue laisse moi m'emmurer dans mes tics et mes tocs de routine qui ne me demandent pas d'énergie tout en me gardant en mouvement

    alors que

    il n'y a pas une heure mon rire et ton rire se faisaient des croche-pattes à travers tout l'appartement, arrière-plan sonore à nos chasses de comètes

    comment te dire

    j'ai l'angoisse de la mort l'angoisse folle et j'ai creusé des ornières telles autour de cette terreur qu'à chaque fois que le sujet me happe je tourne en rond jusqu'à l'épuisement et la cure par le sommeil

    alors que

    la semaine d'avant comme celle d'après je ris du bonheur de vivre je ris de la vie elle-même tant elle est douce tant elle est chaude tant elle est belle vue de tes bras

    comment te dire

    ce soir mon humeur est triste à faire pleurer les pierres

    alors que

    dans le même temps elle pourrait basculer à l'extrême inverse pour peu que tu me racontes ce qu'est un archipel

    (un outil pour creuser des architrous)

     

    comment te dire

    mon humeur une fonction trigonométrique irrégulière, aux à-pics et aux falaises, à fleur de peau et à fleur de vivre

    mes états d'âme des sinus aux oscillations aléatoires, aux bouleversements instantanés et imprévisibles

    comment te dire

    mon humeur une girouette soudaine et têtue, un caméléon qui fait la moue difficile

    mes états d'âme comme les visages de l'océan, mille facettes odieuses et irréelles, ballottant entre extase et calvaire 

     

    comment te dire

    merci

    alors que

    merci


    votre commentaire
  • à force de se singer dans le plexiglas des bonnes convenances

    c'est par se trouer les lèvres que l'on va finir

    c'est par se percer et la peau et le coeur et le monde

    (depuis toujours le petit trou sous les intercostaux qui pulse et qui pulse)

     

    sous mes mots toujours la même plainte la même supplique la même prière

    aime-moi aime-moi aime-moi

    ~


    votre commentaire
  •  

    singing songs coming from nowhere, for no-one to be heard, speaking about poems never bound to a specific time nor space, i walk around with the poetry and the sensibility i stole from it deep sewn in my skin, looking at the sky not with blue eyes anymore but with the soul of the words, the song of the tongue.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique