• mars - 2

    il te faudra rester à mes côtés si tu veux me lire encore

    rester le long de mes côtes et subir la longue rengaine

    - litanie de mes cicatrices encore ouvertes

    jamais recousues

    suantes du pus des affaires vieillissantes -

     

    c'est comme un caillot d'encre et de sang

    le grand secret et la grande déchirure

    - mes deux grands silences -

     

    à nous de se faufiler entre les lignes

    pour émietter sans être vus

    les premiers mots d'une vie tout autre

    loin des liens qui nous unissent 

     

    qu'il est long le lent tissage

    d'une liaison avec l'absence

     

    « mars(jour 1) - les murmures »

  • Commentaires

    1
    Alex
    Lundi 30 Mars à 22:45

    Joli 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :