• les dents qui piquent

    je joue à l'obstruction nasale impromptue

    à faire comme si de rien alors que tout

    l'air s'en va, l'air de rien

    et je me retrouve avec du vent dans les mains sans n'en savoir que faire

    le respirer ?

    avec mes poumons perforés jusqu'aux bronchioles ?

    mes cuisses font des bulles bleues qui écorchent jusqu'à ma salive

    jusqu'à mes envies d'ailleurs puisque qu'ailleurs d'ailleurs je ne suis plus

    lausanne, j'ai retrouvé lausanne qui n'avait jamais bougé

    mais respirer, respirer j'ai oublié comment commencer

    dans le vide je creuse des trous pour y fourrer ton absence

    mais trop de rien donne un peu de tout

    et c'est des paillettes et du plastique plein la gorge que je m'étouffe

    je joue à l'obstruction nasale impromptue

    j'écris des poèmes sans sens puisqu'il me manque certains des miens

    Iceberg Brioche

    « jour 2(4)les lettres à l'indienne »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Février à 13:16

    "Les feuilles / Qu'on foule / Un train / Qui roule / La vie / S'écoule"

    Apollinaire, "Automne malade", Alcools

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :