• (jour 11)

    (jour 11)

    que faire lorsqu’il n’y a plus d’espoir ?

    d’abord respirer
    ensuite réfléchir si la mise à mort de l’espoir est définitive
    si oui, ne surtout pas tergiverser
    (il restera les souvenirs)
    mettre à mort l’espoir
    assassiner l’espoir
    dans le dos, le plus directement  possible, le plus sanguinolent possible
    il ne reviendra pas
    se répéter 126 fois par jour que l’espoir est fini et qu’il n’y a plus d’espoir
    que l’espoir est la condition infernale par excellence
    (Camus)
    (s’il ne doit me rester qu’une citation, c’est elle)

    si l’espoir résiste, mettre les bouchées doubles
    ne laisser aucune racine souterraine
    invisible
    aucun morceau d’espoir vivant qui pourrait s’étendre et contaminer l’ensemble

    se mettre à la propagande
    se promettre que c’est mieux ainsi
    ça vaut mieux comme ça
    tu retrouveras quelqu’un d’autre, et il aura toutes les qualités qu’il n’avait pas, une odeur plus douce encore et en plus il saura écouter
    il sera plus doux encore
    se mettre à la propagande contre l’espoir

    si l’espoir résiste, mettre les bouchées triples
    oser les coups de bluff qui cautérisent
    si ça se trouve il est avec elle maintenant 
    il la regarde comme il te regardait
    elle a le droit à son odeur
    à son corps
    si ça se trouve il la fait rire comme il te faisait rire
    sûrement qu’il la trouve jolie quand elle rit
    essayer de s’arrêter à la frontière fluette entre la capitulation de l’espoir et les commencements du sadisme

    reprendre la propagande
    c’est mieux comme ça
    c’est mieux sans lui puisqu’il ne t’aimait pas
    (ne pas prononcer le “plus” parce qu’alors la douleur mord)

    si l’espoir remue toujours, trouver un argument sérieux et réconfortant se projetant dans l’avenir
    (peut-être le seul)
    tu te suffis à toi-même
    tu pourras apprendre à tomber amoureuse de toi
    le répéter
    tu te suffis à toi-même
    le répéter encore
    tu te suffis à toi-même
    parfois l’espoir est récalcitrant

    - si l’espoir bruisse encore
    alors par intraveineuse lui administrer un ou deux fantasmes
    un ou deux possibles
    et le laisser jouer avec le temps qu’il faut
    pour que le petit trou entre les intercostaux
    fasse un peu moins mal

    ensuite respirer
    on soigne beaucoup de choses avec une bonne oxygénation
    reprendre le manuel depuis le début
    un coeur brisé est vite amnésique
    et l’espoir est très vivace
    (surtout quand la place de ta main dans ma taille est encore tiède)

    ne pas forcément aller se frotter à d’autres peaux
    la jouissance entre inconnus peut vite mettre en relief le douloureux vide d’amour
    il faut alors fuir vite
    pour aller cacher les larmes ailleurs

    ne pas se retenir de pleurer pourtant
    le sel est un bon dissolvant d’espoir
    il laisse le coeur aride mais c’est ce qu’on veut, ne plus aimer
    ne plus y croire

    ne pas se retenir de parler
    bien que les mots soient âpres
    trouver quelques oreilles amicales
    quelques bras pour amours échoués
    des piliers qui seront là toujours
    et qui à chaque fois diront
    tu es une flamme et c’est un sale con

    ne pas boire toute sa vie d’un coup
    un coeur troué est vite alcoolique
    tandis que l’espoir est lui très tenace
    dans l’intervalle bien sûr respirer
    oxygénation et cicatrisation ont de bonnes relations
    ne pas oublier les 126 répétitions que l’espoir est mort
    (126 le jour mais ne pas hésiter à doubler la nuit)
    et quand enfin l’espoir semble lâcher prise
    trouver du réconfort dans les souvenirs

    (et dans la mâchoire du pirate)

    « (jour 10)(jour 12) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :