• (jour 10)

    (jour 10)

    lâcher prise

    Il y a eu les trois semaines noires

    - et puis, plus tard, l’homme qui respire. Et l’homme qui respire a dit : pourquoi fais-tu semblant de n’être pas triste quand tu l’es ? Et l’homme qui respire a dit : respire. Il a dit : chaque émotion a sa place. Sois heureuse quand tu ressens du bonheur. Sois triste quand tu as de la tristesse. Sois mélancolique si tu dois l’être. Sois soucieuse; démotivée; stressée; angoissée; anxieuse. L’homme qui respire a dit : ouvre-toi à tes émotions lorsqu’elles frappent à la porte. Ressens les au moment où elles sont présentes car alors tu dois ressentir. Et puis l’homme qui respire a dit : respire. Ne te sens pas coupable de ne pas être heureuse lorsque tu es triste; sois triste, puis quand tu auras fini ta tristesse sois heureuse. Ne procrastine pas dans tes émotions, les émotions pourrissent. Et puis l’homme qui respire a dit : sois douce avec toi-même. Tu apprends à vivre et bien souvent toute une vie n’y suffit pas - sois douce avec toi. Prends toi par la main quand tu désespères plutôt que de te fustiger et de te forcer à reprendre au plus vite ce que tu as manqué. Prends toi par la main et dis-toi que chaque émotion est là le temps qu’il faudra; le temps écoulé, elle partira. L’homme qui respire a dit : respire. Sois triste quand tu es triste. Ne sois pas coupable d’être triste. Ne sois pas honteuse d’être triste. Ne sois pas fâchée. Ne sois pas triste d’être triste. Quand tu es triste, sois simplement triste.
    Et alors l’homme qui respire a dit : respire.

    Depuis, quand la tristesse arrive je lui fais une place dans les bras de mon coeur; je la chouchoute, je la câline car alors il es temps de ressentir la tristesse. Quand je ressens de la colère, j’accueille la colère; je l’embrasse et je la dorlote, car c’est le temps de la colère.

    Depuis que j’ai repris la respiration, elles s’attardent beaucoup moins, ces émotions que je jugeais négatives et qui jouaient aux passagères clandestines dans mes beaux jours. J’apprends à ne plus avoir honte de ressentir. J’apprends à me laisser vivre. Parce que l’homme qui respire est arrivé dans ma vie et il m’a dit : tu ne vis qu’un seul instant présent. Le passé n’existe plus et le futur n’existe pas. Tu ne vis qu’un seul instant présent, pourquoi le passer à culpabiliser ce que de toute manière tu ressens déjà ? Il a dit : respire. Il a dit : laisse toi vivre.

    « (jour 9)(jour 11) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :