• il fut une fois

    à toi l'ami indistinct, aux contours encore enfumés, aux mains de coton, aux sourires à découvrir

    à toi, l'ami presque-flou, aux histoires en attente d'écoute, aux blessures en bas-relief, aux souvenirs en chapelet

    à toi, l'ami-buée, aux épaules douces et chaudes, aux expressions à apprendre, aux gestes presque tendres

    à tes mots posés si loin mais avec tant d'attention

    à tout ce temps que tu donnes aux hommes plutôt qu'aux choses

    à ce rire qui tinte comme un possible, comme un peut-être

    à ce visage sur lequel dansent mille comètes, mille questions, mille absences

     

    à toi, nouvelle âme que je pose près du coeur, je te dédie ce poème

    « poésie des tiroirs #5d'autres s'entrevivent »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :