• Il court il court

     

    La veste jaune elle court elle court elle court le long des murs le long des jours le long des nuits, elle les arpente les nuits, elle les distance elle les détruit même elle les adore pourtant la veste jaune, elle court, elle court si vite que même la lune ne pourra jamais la rattraper, elle court elle court la veste jaune, elle court si vite que personne même pas elle ne peut la rattraper, même pas elle, surtout pas elle. Elle court le long des miroirs dans le noir sur les quais de gare, elle court jusqu'à la gare la veste jaune, elle court sous les lampadaires elle devance tous les retards elle attend même en courant dans le froid dans le noir, elle attend la veste jaune, elle attend, elle attend, elle attend si patiemment si impatiemment, si impatiemment ô que le temps semble passer lentement !

    Les jours, les jours ils ne courent pas eux pourtant, on dirait qu'ils se reposent les jours, qu'ils s'endorment, ils dorment les jours, ils dorment les jours, ils dorment les jours, pourquoi dorment-ils tous les jours ?

    Ils dorment et le temps dort aussi, tout dort, tout dort, tout dort sauf les trains, les trains ne dorment pas, ils viennent, repartent, ils partent en voyage les trains, mais toi pourtant tu ne viens pas, tu n'es pas là, et moi je cours le long des quais le long des trains le long des gares le long des jours, je cours je cours je cours, je cours jusqu'à doubler le temps, doubler les trains, doubler les jours, doubler les jours pour atterrir dans tes bras, atterrir dans tes bras apaisée comme on reverrait le soleil, comme on arrêterait le temps, comme une étoile solitaire qui retrouve sa maison, comme on rentrerait chez soi, rentrer chez soi, pour retrouver ton sourire, ta chaleur, ta voix et tes bras.

     

    « Chut, il fait si silenceSans titre »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Octobre 2015 à 05:48

    J'aime beaucoup! Ce que je préfère, c'est le répétition qui se transforme pour au final dire quelque chose de différent (j'ai essayé d'expliquer ce qui me plaisait mais il est tard et j'ai peu dormi donc bref.)

     

    2
    Mercredi 28 Octobre 2015 à 07:49

    Ahah, merci beaucoup ! Je crois que je vois ce que tu veux dire ;)
    En le relisant, j'avoue le trouver un peu maladroit, mais effectivement l'idée est là ! ^-^

    3
    Mercredi 11 Novembre 2015 à 14:50

    J'aime bien aussi pour la même raison qu'Anonim, en particulier le début du troisième paragraphe.
    Je ne sais pas trop pourquoi mais ça me fait un peu penser à 1Q84 (le livre de Murakami)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :