• Dis

    j'écris comme d'habitude par catharsis, par purgation de l'âme

    je débouche les siphons des grandes tristesses, les sinus qui valsent dans nos têtes en forme de poires;

    je viens écrire les grandes angoisses qui viennent câbler la colonne, qui nous engoncent, nous étrillent, nous malmènent;

    je viens poser entre deux lignes la tristesse acide et rance qui coule et pulse et mord

    « (jour 29)Coexister à fleur de vivre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :