• comme l'odeur d'un paisible

    j'ai laissé glisser de mes épaules

    les grandes angoisses de toujours

    la peur du qui-d'abord qui me perce encore fréquemment le torse

    la folie du peut-mieux-faire qui me visse des billes de stress plein la colonne

    le trac de vivre mes émotions-tsunamis au su et vu de tous

     

    j'ai fait couler de ma nuque tordue

    l'appréhension d'exister en plus-si-transparente, mon humanité cousue au corps 

    l'inquiétude d'être trop, trop peu, absente aux étreintes, à porter le monde entier au coeur

    la détresse de ma culpabilité et de mes paradoxes éternels, pour tout, tout tout tout

     

    j'ai ouvert dans ma poitrine la petite porte de service

    - celle sur le côté gauche, juste en-dessous de la troisième côte -

    et tous mes effrois s'y sont engouffrés, annoncés, apprivoisés

    je réapprends à respirer

    dans le grand coton des mains amies qui se pressent autour de mon corps

     

    « comme un goût d'éther et d'absolutionpoésie des tiroirs #4 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :