• À coups de Dobble.

     

    Moi, c'est à coups de Dobble que je nous arracherai le coeur,
    j'irai déchirer les autoroutes de la distance
    déchirer la distance elle même
    déchirer mes textes qui parlent d'elle
    déchirer l'attente comme du papier de verre
    du papier de verre
    du verre froid dont les éclats
    nous éclabousseront les doigts;

    C'est à pas de loup, à pas de cartes,
    que sur le pas de la porte je te retiendrai
    des deux bras, deux mots, de nos deux coeurs
    de toute toute toute la force du monde
    c'est la faute à pas de chance,
    on se dit qu'on a juste pas de bol
    mais moi c'est un "ne pars pas!" que je gueule.

    Reviens mon amour, pourquoi tu pars
    pourquoi pars-tu, il est déjà si tard,
    reviens moi, reviens mon amour
    il fait si froid -il fait si seul- ce soir
    ce soir
    même la gare est saoule,
    même le noir est bleu
    et le silence est si dur quand il n'est plus pour deux.

    « Creepy first night.Phénomène fou rire. »

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Février 2015 à 16:20

    Wha, ton poème m'a mis une sacré claque, il est vraiment magnifique. J'ai surtout adoré ça "ce soir / même la gare est saoule, / même le noir est bleu / et le silence est si dur quand il n'est plus pour deux."

     

    Sublime, vraiment, on ressent complètement ce déchirement de laisser l'être aimé partir, ça m'émeut énormément. Félicitations.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :