• (jour 16)

     

    des morceaux de nuit encore accrochés aux épaules, tu as tourné le dos et la tête et le coeur. toi aussi tu joues au grand jeu des kilomètres à travers le corps: tu gagnes. à chaque départ j'ai l'impression que tu partiras plus loin. que tu me seras alors plus étranger, plus inaccessible, plus autre. chose étrange que la distance quand elle s'installe entre deux amants: à la fois promesse et poignard. des lambeaux de ciel plein les mains, j'ai nettoyé ton grand vide au savon de marseille. le miroir est sans tâches. notre terrier un souvenir. qui ramasse les fragments de nuages brisés lorsque l'aube se casse la gueule? il y a dans l'air comme un goût de fin du monde: mais quelque part c'est un peu la fin d'un monde. elle se clôture, cette parenthèse d'entrevie que nous esquissions, patiemment, chaque matin à quatre mains dans le sable. elle se termine l'ode à la paresse ponctuée de ton rire. toi aussi tu joues au grand jeu des kilomètres: sauf que tu gagnes. ton vol de nuit n'est qu'un aller simple vers cet ailleurs qui s'égraine loin de moi. j'ai beau faire des noeuds à tous les nuages, je ne saurais pas te demander le demi-tour. fatalement, c'est un peu la fin d'un monde: le nôtre.


    votre commentaire
  • (jour 15)

     

    j'ai oublié que je pouvais ne pas écrire que sur toi

    me le suis rappelé comme par hasard

    ah oui c'est vrai je peux parler d'autre chose

    tu ne me définis pas

    et ton regard ne m'englobe plus toute entière 

    ah oui c'est vrai je peux écrire sur d'autres que toi 

    me le suis rappelé en sentant le courant d'air chaud qui venait

    de la mer embrasser mon visage

    ah oui c'est vrai tu ne me définis plus toute entière 

    je peux enfin fermer les yeux sur notre histoire

    et commencer à encrer sur ma peau d'autres empreintes


    2 commentaires
  • (jour 14)

     

    à toi.

    la clara de sel et de sable

    la clara d'ombre et de secrets 

    aux itinéraires dissimulés 

    aux mensonges dans le demi-jour 

    au corps froissé 

    au petit vélo rose aux roues diamètre 25, taille si inhabituelle dans le monde des bicyclettes 

    il faut tout lui faire sur mesure à ton vélo 

    mais c'est pour ça que je l'aime tu leur dis

    parce qu'il ne rentre pas dans les cases et que pourtant il s'obstine

    à force d'exister ils finiront bien par le voir

    et alors –

     

    à toi

    la clara d'encre et de poussière 

    la clara d'orage et d'absolu 

    à la poursuite des peaux, des non-dits et des chats

    toujours en train de s'évader de quelque part

    la clara aux cuisses bleues

    à l'amour bleu

    aux mains bleues

    couvertes de petites cicatrices

    souvenirs pérennes que la peau n'est rien face au métal 

    à toi

    la clara mangeuse de soleils, de nuits et de kilomètres

    aux mille vies en parallèle 

     

    à moi

    et à cette obstination de vivre


    votre commentaire
  • (jour 13)

     

    incendies 

    je lis ce mot à chaque fois avec la même intensité et le même rythme que dans la chanson de notre-dame-de-paris, déchiré, je suis un hom-me dé-chi-ré, je suis un hom me dé chi ré 

    in cen dies 

    je le lis de la même manière, incapable de donner une autre forme à ce mot que ce cri du coeur.

    qui, du silence ou des syllabes, impacte le plus l'âme? ce mot découpé, tranché comme au scalpel, il s'étend et prend toute la place. de l'importance des blancs au milieu des phrases, au milieu des mots, il faudrait, arriver à écrire les pauses, à écrire les espaces, les interlignes, les endroits sans paroles, les mains qui parlent à la place des mots obtus, abscons, il faudrait, arriver à traduire ces instants où les mots ont épuisé tout leur sens, alors il ne reste plus que les corps, les peaux, les yeux, les gestes, les sons, puisque les mots sont sans but, saccadés, saccagés, puisque les mots sont sans retour, sans âme, sans fond. de l'im por tance des silences.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique