•  

    Si tu pouvais ouvrir une porte imaginaire ou réelle, de celle de ton voisin à celle du rêve d'un grizzli, sur quoi donnerait cette porte ?

     

    Ah les portes les portes les portes

    c’est comme les choix les portes

    faut les atteindre pour les réussir

    faut arriver à l’attraper cette poignée avant de pouvoir enfin sortir

     

    ah les portes les portes les portes

    il en faut des centimètres et des mains tendues

    et des mollets crispés et des pointes de pied

    pour les avoir enfin en main

     

    ah les portes les portes les portes

    c’est comme les choix les portes

    faut être assez grand pour les faire

    faut avoir assez d’années au compteur

    assez de cheveux blancs à l’âme

    pour oser sortir, trancher, frémir, choisissez.

     

    Ah les portes les portes les portes

    c’est bien beau mais trop grand les portes

    c’est bien joli mais trop petit

    elles sont pas de la bonne taille

    elles dépassent elles déraillent

    ah les portes

    toutes mal cadrées mal ajustées

    les gonds qui grincent le bois qui fend

    ah les portes les portes

    les raclures sur les planchers

    les serrures qui couinent

    ah les portes les portes

    faut les aimer et c’est pas facile vous savez !

     

    Ah les portes les portes les portes

    avant de choisir laquelle faut d’abord savoir les ouvrir

    mais les poignées sont hautes les verrous fâchés

    les gonds sont crispés et elles sont toutes cadenassées les portes

    avant de choisir par laquelle sortir faut d’abord les ouvrir

    mais elles se sont barricadées les portes

    barracudas les portes

    piranhas du choix, elles mordent les doigts qui dépassent

    qui dérapent, les portes cannibales de cheveux d’âme,

    avant de choisir par laquelle fuir faut d’abord trouver la clé.

    ~

    Jour 16


    votre commentaire
  • Le temps des basses lourdes incisant nos cerveaux revient si vite,

    six mois ont passé en un dixième d’année à peine ;

    les sons se cristallisent dans nos corps qui pulsent

    comme la musique comme le bruit comme la foule

    j’intègre l’univers tout entier et je flotte à la dérive

    surfant sur le sang qui rush et qui bulle et qui me déploie

    ma peau comme une aile gigantesque qui englobe le monde

     

    ma vie de la fumée

    la nuit de la fumée

     

    seul compte le volume de l’oubli

    plus fort, plus fort, encore, toujours plus fort

    augmente la salle augmente et nous grignote, décibel par décibel,

    augmente le son augmente et nous dévore, les uns après les autres,

    l’opium s’oxyde, la compression des corps dégénère,

    simple histoire de dynamique thermique,

    berceuse des vieux enfants qui ne se couchent plus

     

    leur vie de la fumée

    leur nuit de la fumée

     

    c’est l’été, l’heure des basses qui découpent les tympans en petits morceaux d’absence

    on entendait à travers les fenêtres ouvertes la respiration des dormeurs,

    à travers nos poitrines découvertes les petits cliquetis des débris de rêves

    qui tintent lorsque l’on saute, hurlent lorsque l’on fuit.

    On entendait crisser dans les bouches les mensonges engloutis des presquamis

    cogner aux visages l’oxygène qui demande et supplie de le laisser sortir.

     

    Mais il est déjà le temps des décibels qui anesthésient les esprits

    les jours ont filé sans demander leur reste

    l’instant des corps qui pulsent plus vite que la musique

    c’est déjà l’été et l’heure d’aller danser

    on entend à travers les fenêtres ouvertes la respiration douce des dormeurs,

    à travers ma poitrine les coups sourds des mots emprisonnés

     

    ma vie de la fumée

    ma nuit de la fumée

     

    mon corps un amas de cellules qui vibrent


    votre commentaire
  •  Propriétaire essoufflée

    recherche amitié perdue ;

    égarée

    probablement devant le centre Pompidou

    et un peu dans les rues pentues de Lausanne ;

    émiettée

    entre le contemporain anorexique

    et les coups de téléphone du silence assassin.

     

    Propriétaire perdue

    recherche amitié déchirée,

    décousue par les kilomètres et les années,

    détricotée par la dévolonté de deux désamies désavouées ;

     

    Vieille connaissance recherche amitié périmée

    recherche confidences d’été qui brûlent plus que le soleil ;

    Vieille amnésique court encore après le goût des secrets perdus

    et les rires enterrés-secrets entre les pavés.

     

    Acheteuse enjouée

    recherche table pour tout y déballer

    recherche machine pour laver son linge entre amies

    recherche adresse pour pouvoir écrire à la désabonnée ;

     

    Amie désillusionnée

    recherche au revoir formel

    recherche point final

    recherche réponses pour questions esseulées ;

     

    Vieille connaissance

    recherche adieu oublié

    recherche drapeau de fin pour relation décomposée.

     

    Nouvelle inconnue

    recherche nouvelle amitié

     

    Contactez Marc

    récompense à la clé.


    votre commentaire
  •  

    Je suis tombée amoureuse des mots d'une autre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique