• 3.05

     

    le regard de la violette paillette qui me perce le front et me brûle les paupières je n'ose plus lever les yeux de mes touches huileuses tu sais violette ce n’est pas que je ne t’aime plus c’est juste que je ressens tout trop fort aujourd’hui c’est terrible vivre en groupe m’est trop rugueux vivre à plusieurs m’est une épreuve terrible j’ai des larmes de nouveau plein les paupières et je ne sais pas dans quels bras les verser - je ne sais même pas si je veux pleurer ou rugir de colère contre ce monde qui me tourne le dos tu sais violette nos super-héros sont partis en CONFIDENCE, ce lointain pays pour lequel je ne possède plus de passeport plus de visa plus de tampon valide alors ça y est je ne suis plus digne d’écouter je ne suis plus qu’une oreille percée posée au sol en attente de cœurs prêts à s’entrouvrir mais face à moi il n’y a que vos colonnes vertébrales molles et sans rêves sans rêves

     

    « 2.054.05 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :