• On croit savoir articuler,

    pourtant,

    tu me lances

    souvent

    des phrases machouillées qui me collent au visage,

    des idées pas trop pensées qui peinent à germer;

    tu me postillonnes

    dessus,

    avec ton air très grave,

    très amoureux,

    la tendresse que je ne sais épeler

    (coffre-fort immature dont j'ai perdu les clés).

     

    On se vide les doigts,

    clopin-clopant,

    (souvent)

    c'est que je croyais savoir articuler

    tu vois

    j'entends

    mais toi tu ne m'entends pas

    - je ne te vois plus

    (ou si peu, tu vois ?)

     

    J'ai perdu la clarté

    avec les mots souterrains

    (l'amoureuse transparente aux mots obscurs

    ternit toujours certains lendemains).

    J'ai perdu la clarté, mon dentier,

    mes pensées mal finies aux entournures chiffonnées,

    tout se mélange, dilettante affamée,

    je dévore ton corps sans pouvoir l'expliquer,

    et je ne suis pas claire, je sais !

     

    Claire Clara, la lumière éteinte,

    l'amoureuse invisible aux phrases emmêlées,

    au corps de poupée russe, aux poèmes crochetés,

    Clara la lumière aux pensées cornées,

    tout s'enfume, s'emmêle, pêle-mêle;

    pourtant,

    souvent,

    tu sais,

    toi,

    décoder

    les mimosas obscurs de mes nuits éclatées.

     


    2 commentaires
  •  

    "Chérissez l'amour Marcus, Faites-en votre plus belle conquête, votre seule ambition. Après les hommes il y aura d'autres hommes. Après les livres, il y a d'autres livres. Après la gloire, il y a d'autres gloires. Après l'argent, il y a encore de l'argent. Mais après l'amour, Marcus, après l'amour il n'y a plus que le sel des larmes."

    La vérité sur l''affaire Harry Quebert - Joël Dicker


    votre commentaire
  • Parce qu'entre les jours,

    les poumons usés qui réapprennent à respirer,

    (même avec des bronchioles en verre pilé,

    même sans mode d'emploi tu sais);

    entre les examens

    qui bleuissent les côtes,

    les esprits, et les lacs sous les yeux déjà bleus;

    entre les mille petits projets :

    la boîte aux jours heureux,

    entre la boîte à rêves et les idées qui s'entrouvrent;

     

    la veste jaune,

    (jaune comme le soleil, comme les tournesols

    diabolos grenadine de tes yeux amoureux)

    la veste jaune

     

    elle béquille

    elle sautille

    elle s'échappe

    elle s'envole

     

    elle arpente de nouveau tout Lausanne

    de nouveau

    elle s'élance de nouveau

    les semelles suturées de larmes

    (un peu amères, un peu effacées);

     

    de nouveau

    elle court, étrangle tout Lausanne,

    (pot-pourri d'amour feutré sans bruit).

    À force de courir après le soleil, qui se lève sans cesse

    à l'heure où l'on pensait enfin pouvoir aller dormir,

    elles vont bien sécher,

    les larmes,

    elle va bien s'endormir,

    la veste jaune ?


    votre commentaire
  • "Been called a monster, called a demon, called a freak,
    called a freak

    I'm not an idol, not an angel, not a saint,
    not a saint.

    I walk alone, I always have, I'm not ashamed,
    I'm not ashamed
    I've always been a living nightmare from the cradle to the grave."

    Cradle To The Grave - Five Fingers Death Punch

     

    On se revigore, comme on peut, en se brossant les cheveux au rock métallique, celui qui paillette, qui scintille,
    qui étoile nos révisions, au fin fond de la bibliothèque, noire d'encore et de chagrins empoussiérés,
    incrustés de vieux secrets dans leurs longues robes d'ombre et de nuage.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires