• "Tu fais des bulles de silence dans le désert des bruits."
    Paul Eluard 

    Image : Comme un ouragan

     

    Le jour où j'ai appris que j'étais cassée
    -de bout en bout en partant de la colonne-

    j'ai d'abord fait "oui-oui"
    un oui-oui tranquille, apaisé,
    un oui-oui-je-t'écoute-bien-sûr
    mais au fond, c'est comme si tu n'avais jamais parlé.

    Le jour où j'ai appris que j'étais floue
    j'ai dit "hu-hum"
    tu sais, ce petit hu-hum

    le genre d'onomatopée qui te fait patienter
    dans une grande salle d'attente
    où ce serait l'attente elle-même qui résoudrait tous les problèmes
    alors ce n'est pas à moi de m'en occuper.

    Pourtant, le jour où j'ai appris cette brèche
    -qui me partait du nombril pour aller jusqu'au sourcil gauche-
    ce n'est pas la fissure, non,
    ce n'était pas cette fragile frontière qui me faisait peur.
    C'était ta main glissée dedans,
    ton sourire de travers avec déjà un pied dans la porte,
    c'était cette fissure inrefermable
    que je n'ai pas pu refermer.

    Puisque, du jour au lendemain,
    j'ai appris que j'étais ébréchée,
    et que cette main qui me prenait au coeur,
    c'est à ton épaule qu'elle était rattachée.

     

    Le jour où tu m'as appris que j'étais cassée,
    ce n'est pas la colle que mon "oui-oui" cherchait;
    -je n'ai pas couru vainement vers la boîte à couture-
    avec mes "hu-hum" et toutes mes onomatopées,
    c'est de l'angoisse de la chute
    -de l'angoisse de l'amour-
    que je voulais m'éclipser.


    votre commentaire
  • "V

    La chambre double

    Une chambre qui ressemble à une rêverie, une chambre véritablement spirituelle, où l'atmosphère stagnante est légèrement teintée de rose et de bleu.
    L'âme y prend un bain de paresse, aromatisé par le regret et le désir. - C'est quelque chose de crépusculaire, de bleuâtre et de rosâtre; un rêve de volupté pendant une éclipse.
    Les meubles ont des formes allongées, prostrées, alanguies. Les meubles ont l'air de rêver; [...] Les étoffes parlent une langue muette, comme les fleurs, comme les ciels, comme les soleils couchants.
    [...]"

    Image : Comme un ouragan 

    "IX

    Le mauvais vitrier

    [...] Un de mes amis, le plus inoffensif rêveur qui ait existé, a mis une fois le feu à une forêt pour voir, disait-il, si le feu prenait avec autant de facilité qu'on l'affirme généralement. Dix fois de suite, l'expérience manqua; mais, à la onzième, elle réussit beaucoup trop bien.
    [...]"

    Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

     

     


    votre commentaire
  • Image : Pourquoi tu pleures

     

    "Vous apprendrez tous les secrets de culture que je veux cacher, car je cherche le dahlia bleu, la rose bleue, je suis fou des fleurs bleues. Le bleu n'est-il pas la couleur favorite des belles âmes ?"
    Balzac, Honorine

     

    "Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c'est toi. C'est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces énormes navires qu'ils charrient, tout chargés de richesses, et d'où montent les chants monotones de la manoeuvre, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l'Infini, tout en réfléchissant les profondeurs du ciel dans la limpidité de ta belle âme; - et quand, fatigués par la houle et gorgés de l'Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes pensées enrichies qui reviennent de l'Infini vers toi."

    Baudelaire, Petits Poème en Prose


    votre commentaire
  • "Si cet état n'était pas du bonheur, il y ressemblait tellement que l'on pouvait s'y tromper."
    Dumas

     

    "I

    L'étranger

     

    -Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
    - Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
    - Tes amis ?
    - Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
    - Ta patrie ?
    - J'ignore sous quelle latitude elle est située.
    - La beauté ?
    - Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
    - L'or ?
    - Je le hais comme vous haïssez Dieu.
    - Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
    - J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !"

    Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

     

    Image : Comme un ouragan


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires