•  

     


    votre commentaire
  • Une veste d'ecchymoses
    comme un oxymore joli.
    Des 'y' se baladant dans mes textes
    comme Roméo et Gatsby,
    dans mes livres, dans ma prose,
    tu sais bien.

    Ceux que je lis au lit très tard de nos soirées d'été.

    Deux monacos à Monaco
    des îles Eoliennes aux Sandwich
    on apprendra à faire que le temps

    passe plus vite et
    la tristesse
    moins lentement.

    Ce que je dis au lit est en secret à plier avec les draps.

    Tu m'imagines ?
    Jouant à nous créer des espaces après les heures.
    Plantant des graines et te forant le coeur.
    Lisant Apollinaire et perdant au poker.
    Tu nous rêves un peu ?

    Si je ris dans ton lit, déduisons que j'y suis.

    Une semaine captain.
    Le monde sera nôtre et tes bras miens,
    je m'en ferai la cheftaine, tu verras,
    les deux mains dans le plâtre du voyage
    j'irai t'écraser des fleurs sous les yeux,
    et sous les doigts t'offrir des naufrages
    d'enfants-poètes, d'enfants-amoureux.

     

    Ils sont dans ma poche ~

    Image : Comme un ouragan.


    votre commentaire
  •  

     

     

      


    votre commentaire
  • XVIII
    Adieu

    "[...]

    Lettres Envoie aussi des lettres ma chérie
    On aime en recevoir dans notre artillerie
    Une par jour au moins une au moins je t'en prie

    [...]"

    4 février 1915
    Guillaume Apollinaire

    ~

    ~

    XXIII

    "Quatre jours mon amour pas de lettre de toi
    Le jour n'existe plus le soleil s'est noyé
    La caserne est changée en maison de l'effroi
    Et je suis triste ainsi qu'un cheval convoyé

    Que t'est-il arrivé souffres-tu ma chérie
    Pleures-tu Tu m'avais bien promis de m'écrire
    Lance ta lettre obus de ton artillerie
    Qui doit me redonner la vie et le sourire

    Huit fois déjà le vaguemestre a répondu
    "Pas de lettres pour vous" Et j'ai presque pleuré
    Et je cherche au quartier ce joli chien perdu
    Que nous vîmes ensemble ô mon coeur adoré

    En souvenir de toi longtemps je le caresse
    Je crois qu'il se souvient du jour où nous le vîmes
    Car il me lèche et me regarde avec tendresse
    Et c'est le seul ami que je connaisse à Nîmes

    Sans nouvelles de toi je suis désespéré
    Que fais-tu Je voudrais une lettre demain
    Le jour s'est assombri qu'il devienne doré
    Et tristement ma Lou je te baise la main"


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires