• J'ai ouvert les yeux. Perdu mes illusions. J'ai assombri les couleurs de la vie, lui rendant ses teintes véritables. Adieu vert franc et rouge éclatant, adieu bleu profond et joyeux jaune, blanc pur et violet mystique... Bonjour aux camaïeux de gris et noir, aux demi-teintes, aux tons pastels, hypocrites. J'ai remarqué que mon avenir ne serait pas une grande route bien dessinée, mais un sentier pas bien défini, qui croisera des torrents infranchissables et des montagnes impossibles à passer. Que je n'étais qu'une parmi des milliards. Que ma vie ne serait pas exceptionnelle, mais banale, comme celle de tant d'autres. Que je ne serais jamais quelqu'un dont tout le monde a entendu parler, que je n'aurais jamais une vie tranquille. Que je serais bien obligée de surmonter des problèmes, qu'ils soient d'argent, de famille, d'amour, de travail ou que sais-je encore ? En attendant je rêve. Je remplis mes poches de rêves, et de conneries. De milliers de conneries pour compenser les rêves que je ne réaliserai jamais...

    Chemin.


    votre commentaire
  • Le mal a été créé par les humains...


                                                                                                                                                     ...pour les humains



    12 commentaires
  • Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté.

    B. Granger


    2 commentaires
  • Je marche dans la rue.
    Je regarde mes pieds bouger contre ma volonté.
    Je dois y aller, mais ce n'est pas moi qui décide où je vais.
    D'ailleurs aller où ?

    Mes pieds marchent.
    Alors que je suis moi, je deviens mes pieds,
    Ma semelle, mes chaussures, le trottoir.
    Je suis trottoir, puis je suis bitume, je suis donc roche, et de roche je deviens sable.
    Je suis sable, je suis grain de sable, de poussière, je suis poussière et je me noie.
    Si je me nois, alors c'est que je suis eau, et, eau, j'arrose la terre.
    Je suis donc terre, terre de poussière, je suis désert, et terre d'eau, donc marécage et désert à la fois.
    Puis je suis humus, et je suis graine, et je germe et je pousse et je sors de la terre que je craquèle.
    Je suis racine et je suis sève donc je deviens plante, et de plante écorce, et d'écorce arbre.
    Alors je suis arbre et je veux toucher le ciel, je m'étire, je m'allonge, je croît pour aller toujours plus haut.
    Et de sève dans les branchages je deviens feuille et je m'ouvre au soleil et je sors du bourgeon car j'étais bourgeon.
    Et je suis feuilles, une et multiple, et la plus haute feuille de la plus haute branche c'est moi et je veux toucher le ciel.
    Alors je m'envole, je vole, je décolle, car je suis morte, je suis feuille morte et c'est le vent qui m'emporte.
    Et de feuille je deviens vent, et vent je chasse les nuages, je suis donc nuage, et nuage je cache le soleil et je cache la lumière.
    Je suis alors soleil, et de soleil je me transforme en lumière. Et si je suis lumière, alors je suis dieu, et comme je suis dieu, je suis tout.
    Et étant le tout, je ne suis rien.

    Je ne suis rien et mes pieds marchent sur le bitume.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires