• 14.05

    tu sais parfois je me raconte

    quand je suis allongée dans le lit de mes amours

    il y fait chaud, et lourd, et suave, et l'air y est rare

    et douloureux à respirer

     

    dans le lit de mes amours, quand l'oxygène s'en égare

    je me parle tout bas, à environ trois décibels de l'audible 

    je me chuchote que la vie est belle, et douce, et admirable

    comme si je pouvais le croire

    - tout est plus crédible quand l'aurore n'est encore qu'un songe -

    je me prends par la main pour me raccompagner jusqu'au sommeil

    et sur la route je me berce

    je me murmure que l'existence est possible, faisable, une beauté

    une beauté quelque part

     

    je dresse mes paupières pour ne se fermer qu'une fois l'espoir avalé

    et dans la nuit rugueuse, et âpre, et rêche, et piquante-coupante

    je me rendors 

    « Intimate15.05 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :